Définir les processus avec le SIPOC

La fin de semaine dernière, l’équipe de GCC a débuté la formation Green Belt. Cette formation se déroulera sur trois fins de semaine durant le mois d’octobre. Puis, la partie Black Belt se fera en janvier 2017. La première fin de semaine de formation se concentrait sur les bases du Lean Six Sigma et comment bien définir, analyser et mesurer un projet.

Un des outils qui a été présenté est le SIPOC. Celui-ci fait partie de la phase définir de la philosophie Lean Six Sigma. C’est en fait une cartographie à haut niveau d’un processus, une image globale qui permet à une équipe de voir leur processus en relation avec tous les intrants, extrants, fournisseurs et clients. Cela permet aussi à ce que tous les membres de l’équipe soient sur la même longueur d’onde. Il est un bon point de départ si l’on souhaite faire des modifications au processus actuel ou pour complètement le redéfinir. En effet, il permet d’identifier les écarts, comme par exemple des intrants qui ne sont pas reçus, des extrants que les clients reçoivent alors qu’ils n’en veulent pas ou des étapes du processus qui sont effectuées mais qui n’amènent aucune valeur ajoutée.

 De plus, le SIPOC est un bon outil pour communiquer plus facilement avec les personnes qui ne sont pas familières avec le processus.

 Ci-dessous, un exemple de SIPOC pour l’achat d’une nouvelle voiture. Il est à noter que les fournisseurs peuvent être autant à l’interne qu’à l’externe de l’organisation. Les intrants et extrants, quant à eux, peuvent être du matériel, des services ou de l’information.